Instagram

Instagram did not return any images.

Lettre d’information

Logo NOVASECUR

RSS Flux RSS de l’IFACI

Calendrier

décembre 2018
L M M J V S D
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Infoprotection

//Infoprotection

Allier IA et Blockchain pour mieux maîtriser les risques

NovaSecur, entreprise spécialisée dans le traitement de la donnée pour la gestion du risque, innove en conciliant ces deux technologies de pointe afin de mieux armer l’entreprise contre les divers risques qui la menacent.

Difficile de se préparer contre des cyberattaques lorsque les pirates ont toujours un temps d’avance sur les entreprises. D’autant que ces dernières manquent souvent d’historique pour les aider à nourrir leur réflexion et leur stratégie. Une lacune que vient combler une nouvelle génération d’outils conçus pour anticiper les risques inconnus tels que les cybermenaces ou les risques réglementaires, et y apporter des solutions opérationnelles. C’est du moins l’idée de NovaSecur.

Analyse prédictive et Blockchain

Dirigée par Cédric de Serpos, cette PME française, spécialisée dans le traitement de la donnée pour la gestion du risque, adopte une approche prédictive à partir d’algorithmes statistiques qu’elle renforce avec la Blockchain. Pour les novices, il s’agit d’une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée et fonctionnant sans organe central de contrôle, selon le site d’information français Blockchain France, édité par Blockchain Partner. Le recours simultané à ces deux outils est une première, selon l’entreprise qui présentera ces solutions les 15 et 16 novembre prochains au Beffroi de Montrouge (92) lors de la conférence organisée par l’Institut français de l’audit et du contrôle internes (Ifaci).

Le système s’autocorrige

Point fort de NovaSecur, le système qu’elle a mis au point depuis sa création en 2010 s’améliore de manière autonome en fonction de son environnement. En 2018, le système évolue d’ailleurs par sa capacité à identifier des risques difficiles à percevoir du fait de leur fractionnement. L’entreprise retraite automatiquement les bribes d’éléments dans les transactions, les bilans et autres données d’état, de manière à reconstituer les logiques et le sens qui s’en dégagent. Dès lors, les informations sont livrées sous forme de tableaux de bord ou d’alertes. Pour en revenir à la cybersécurité, cette solution aide à suivre le type d’attaque, en identifier le parcours, industrialiser les premières protections et, surtout, bloquer le process en amont.

Lire l’article complet rédigé par Eliane Kan sur le site d’Infoprotection